Un travail à ferrer (au pluriel « travails » ) est un un espace aménagé en intérieur mais le plus souvent en extérieur constitué d'un bâti très robuste ,avec un dispositif plus ou moins sophistiqué . Souvent appelé aussi métier à ferrer (« Herradet ou Herredé en Bigorre et Béarn -«  Ferradou » en Occitan) ou « ferroir » dans certaines régions de France, ce dispositif fixé dans le sol est conçu pour maintenir les chevaux et les boeufs entravés à l'aide de sangles et de ventrières , lors du ferrage ou plus rarement pour leur soigner les plaies éventuelles.
   Dans la plupart des cas, et pour un animal docile, le ferrage est effectué sans l'entraver , hormis à la tête ou au cou par une simple longe ou sangle ou par un joug destiné uniquement à le faire rester en place, voire à l'empêcher de quitter le lieu.Le maréchal-ferrant pouvait utiliser le système de sangles et ventrières pour les chevaux plus difficiles et pour les vaches et les bœufs qui ne peuvent rester debout sur trois pattes.
   On faisait pénétrer l'animal à ferrer ou à soigner dans cette sorte de cage en avançant,on tendait les sangles et on soulevait la bête qui ne pouvait plus bouger.Il en sortait soit généralement par l'avant (mais après avoir libéré son passage en relevant les parties amovibles servant à lui maintenir la tête), soit par l'arrière (si le côté avant du dispositif était fixe), en l'obligeant à reculer, ce qu'il faisait avec beaucoup plus de réticence et de temps.
   Dans les Hautes Pyrénées, nous en avons trouver 21, mais il en existait beaucoup plus aux 19°/20° siècles.


Antichan
sous abri en arrivant au village.
Asque
au départ du sentier d'interprétation.
 
Bazus-Aure
sur le côté de l'église.
Bizous
au village.
Bourisp
sous abri attenant au lavoir.
Esbareich
en l'église au haut du village.
Escoubes Pouts
au village, avec le lavoir et l'ancienne forge.
Gez Argelès
grange à l'abandon au village, près du lavoir.
Grailhen
au pied de l'église.
Guchan
dans une prairie à l'entrée ouest du village.
Jézeau
Sous abri spécifique au village.
Loudenvielle
sur le bord du parc et Office du Tourisme.
Monléon-Magnoac
après la porte fortifiée.
Mongaillard
auprès de la bascule et de la salle des fêtes.
Paréac
à la sortie du village, vers Bourréac, dans une cour privée.
Salles-Adour
Cour privée, à côté del'église.
Vielle-Adour
cours d'eau près de l'école.
Vielle-Louron
à côté du lavoir.
Villenave près Béarn
dans une cour privée au village.
Texte et images de Jean François Deletang
Retour